Est-il intéressant de souscrire un contrat sur internet ?

Le principal argument commercial mis en avant par les promoteurs de ces contrats d’assurance vie est que l’épargnant ne paye aucun frais sur ses versements.

Cette particularité représente un avantage financier incontestable : lorsqu’il verse 1 000 € sur le contrat, c’est l’intégralité de cette somme qui est investie et non 950 € comme c’est le cas avec un contrat classique, qui affiche 5 % de frais sur versements.

Côté frais de gestion, ces contrats se situent aussi dans la fourchette basse du marché, autour de 0,80 % par an pour ceux distribués par les banques en ligne et de 0,60 % pour ceux des courtiers. En outre, de nombreuses opérations (les arbitrages, par exemple) ne donnent lieu à aucune facturation lorsqu’ elles sont réalisées directement sur internet.

Autre point fort des contrats en ligne, ils affichent des rendements sur leur fonds en euros très compétitifs, largement supérieurs à la moyenne du marché depuis de longues années. Parallèlement, ils offrent une palette très large de supports en unités de compte, intégrant les meilleurs fonds du marché, gérés par les maisons les plus prestigieuses comme Carmignac Gestion, Edmond de Rothschild AM, Financière de l’Échiquier ou encore BlackRock.

De quoi donner un coup de vieux aux assurances vie grand public commercialisées par les banques, dont l’offre se limite souvent à une quinzaine de fonds maison (gérés par la banque) et rarement très performants. Les contrats en ligne constituent, à ce titre, un outil idéal pour ceux qui cherchent à diversifier leurs placements sur plusieurs secteurs géographiques et dans des entreprises de tailles et de secteurs d’activité distincts.

Pour le reste, ils présentent les mêmes caractéristiques que les autres contrats : une mise de fonds initiale raisonnable (moins de 1 000 €) ; la possibilité d’obtenir des avances, de programmer des versements réguliers ou d’opter pour une garantie décès adaptée à ses besoins ; des options d’arbitrage automatiques, telles que la sécurisation des plus-values, leur dynamisation ou l’arrêt des pertes.

Pour une comparaison des contrats vendus en ligne, reportez-vous au tableau ici.

A SAVOIR

Lors de la souscription d’un contrat en ligne, l’assureur adresse au souscripteur les conditions générales et le bulletin d’adhésion, à renvoyer signé et accompagné d’un premier chèque de versement.

Par la suite, en revanche, de nombreuses opérations peuvent être faites sur internet (les versements et les arbitrages, notamment). Des opérations prises en compte dès le lendemain du jour où l’ordre est passé. Cette réactivité est un plus par rapport aux contrats traditionnels, peu nombreux à offrir une telle rapidité de traitement. De plus, l’assuré a accès aux caractéristiques financières des supports proposés (performance, valorisation quotidienne…).