L’épargne retirée de l’assurance vie est-t-elle imposable ?

=> les objectifs de l’assurance vie 

Seuls les intérêts produits seront fiscalisés, pas le capital récupéré.

Selon l’ancienneté du contrat au moment du retrait, ils seront soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu ou, sur option du contribuable, à un prélèvement forfaitaire. Soulignons cependant que la part d’intérêts comprise dans le montant d’un retrait est souvent minime.

De plus, elle bénéficie d’une exonération partielle d’impôt conséquente sur les contrats de plus de 8 ans.

Il n’en reste pas moins vrai que cette imposition, ajoutée aux prélèvements sociaux (voir « les prélèvements sociaux »), amoindrit la performance du placement. En particulier si l’épargne est récupérée à brève échéance (avant 4 ans). Au-delà, en revanche, l’opération demeure intéressante, pour l’instant : les fonds en euros ont rapporté 3,50 % en moyenne en 2010, soit 2,54 % net en cas de retrait fait sur un contrat de plus de 4 ans la même année, compte tenu des prélèvements fiscaux (15 %) et sociaux (1 2,3 %). Un peu plus que les taux d’intérêts des livrets d’épargne défiscalisés !

A SAVOIR

Compte tenu de la baisse de rendement annoncée sur les fonds en euros en 2011 et de la hausse des prélèvements sociaux, à 13,5 0/0, applicable depuis le I er octobre 2011, l’épargnant peut avoir intérêt, en fonction de son taux marginal d’imposition, à privilégier les livrets défiscalisés (Livret A, Livret de développement durable.. .) pour se constituer une épargne utilisable à court terme. Quitte à en ouvrir plusieurs, au nom des différents membres du foyer, pour cumuler leurs plafonds de dépôt (souvent faibles). Depuis août 2011, la rémunération de ces livrets est légèrement supérieure à 2 0/0 net d’impôts.