L’assurance vie, cette inconnue

Il n’est pas rare que l’assurance vie inspire une méfiance ou une crainte aux consommateurs. Rebute-t-elle par sa technicité apparente, le langage mystérieux des contrats ou simplement par la diversité de l’offre parmi laquelle il est difficile de s’y retrouver ? Comparativement, les produits bancaires semblent plus familiers, plus accessibles et inspirent confiance.

Zoom sur cette tendance

Ils ne sont pas moins complexes que les produits d’assurance, mais le fait que chacun possède un ou plusieurs comptes de dépôt contribue sans doute à le familiariser avec l’institution bancaire et ses produits destinés au public, alors que les produits d’assurance vie restent en arrière-plan des préoccupations quotidiennes. Nous verrons sur ot-vesoul.fr, que, si les produits diffusés par les assureurs font appel à une technique fort complexe, l’actuariat, ils s’appuient sur des raisonnements simples, facilement compréhensibles par tout le monde.

Au-delà de ce premier aspect, on peut tenter d’expliquer la distance qui sépare le monde de l’assurance vie de son public :

Le manque de clarté de la communication, le vocabulaire hermétique utilisé par les assureurs et la complexité réelle de certains produits ne facilitent pas le rapprochement et la mise en confiance des consommateurs.

La mauvaise réputation des anciens contrats qui n’est pas encore totalement effacée. Bien qu’il s’estompe progressivement, le souvenir des abus d’hier reste présent pour toute une catégorie de personnes et particulièrement celles qui aujourd’hui sont dans une tranche d’âge idéale pour devenir client de l’assurance vie.

La retenue ou la pudeur des clients face à un produit qui leur rappelle qu’ils sont mortels.

La variété excessive et le manque de clarté de l’offre de l’assurance vie qui atténuent la perception d’un message fort.

Ceci pourrait expliquer le succès des banques dans la distribution des produits d’assurance : en faisant croire qu’il s’agit d’un produit de placement comme tous ceux qu’elles distribuent, les banques simplifient le message à outrance et suppriment les motifs de réticence que nous venons d’évoquer.

Pourtant, malgré une méconnaissance de l’univers de l’assurance vie et des mécanismes qui sous-tendent les produits, les ménages n’hésitent pas à se tourner résolument vers l’assureur vie pour lui confier leur épargne.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une réponse