Y a-t-il une différence entre une gestion profilée et une gestion pilotée ?

La gestion pilotée, ou « sous mandat », de son assurance vie consiste à confier l’épargne investie à des spécialistes de la finance qui suivent pour le compte de l’épargnant l’évolution des marchés. Il s’agit d’un mode de gestion déléguée un peu plus haut de gamme, qui se base aussi sur le profil de risques du client (modéré, équilibré ou dynamique).

Selon l’orientation définie, le gérant compose son propre portefeuille, puis il le réoriente si nécessaire pour l’adapter à la conjoncture économique et financière. Ce mode de gestion est désormais accessible à partir de quelques milliers d’euros seulement.

A la différence de la gestion profilée, l’allocation des actifs (le placement de l’épargne) n’est pas figée mais évolue en permanence en fonction des évolutions des marchés financiers. Et ces évolutions sont pilotées par des experts de la gestion d’actifs, pas par un système informatique.

La gestion pilotée permet à l’épargnant de profiter de conseils en temps réel d’experts des marchés financiers qui s’occupent de faire fructifier l’épargne de son assurance vie selon son profil. Ces conseils ne sont toutefois pas individualisés : le gérant offre la même gestion des portefeuilles à tous les clients ayant opté pour le même choix de profil piloté.

Tous les clients entrés à la même date bénéficient alors de la même performance financière et du même niveau de risque.

Ce qui n’enlève rien à la qualité du choix des fonds et des arbitrages qui sont effectués. A surveiller, tout de même, les frais de la gestion pilotée peuvent parfois être élevés, en particulier lorsqu’ils sont calculés sur la performance positive réalisée par le gérant.

En quoi consistent les fonds à horizons ?

L’épargnant qui recherche un placement dont la durée correspond â une échéance donnée (un départ â la retraite, par exemple) peut opter pour une gestion évolutive de son épargne. Ainsi, en fonction de son horizon de placement, ses actifs seront orientés vers un risque de plus en plus faible.

Investis dans un premier temps essentiellement sur des supports plutôt risqués, ils évolueront ensuite vers des placements plus sécurisés.

Le mieux est de programmer des versements réguliers sur une longue période. Le rendement du contrat sera dans un premier temps dopé par la hausse des marchés financiers (si elle est au rendez-vous…).

Puis, l’assuré avançant en âge, ses gains seront progressivement mis â l’abri par une réorientation de son épargne vers des fonds plus sécurisés. Au terme du contrat, le capital sera intégralement placé sur des fonds peu risqués (obligations et fonds monétaires).

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une réponse